Trafic voie d’eau 2019

Nouvelle année record pour le trafic portuaire bruxellois, malgré une forte baisse du trafic de transit

Les trafics du port de Bruxelles ont connu pour la deuxième année consécutive un record absolu en termes de trafic propre avec 5,2 millions de tonnes échangées en 2019, un chiffre équivalent à celui de l’année 2018, quand la barre des cinq millions de tonnes manipulées avait été franchie pour la première fois depuis la création du Port de Bruxelles en tant que société régionale en 1993. Une augmentation des trafics portuaire bruxellois de près de 50% en 26 années d’existence.

La baisse spectaculaire du trafic de transit – les marchandises qui passent par Bruxelles sans y être chargées ou déchargées – en recul de 31,8%, entraine à la baisse le trafic global, qui atteint pour 2019 6,2 millions de tonnes. La baisse du trafic de transit, même si elle est particulièrement spectaculaire pour l’année 2019, confirme une tendance observée depuis de nombreuses années.

Trafic global
(en milliers de tonnes)
2019 2018 Δ2019-2018 1993 Δ2019-1993
Trafic propre Bruxelles 5.222 5.223 0% 3.497 49,3%
Transit 1.404 2.060 -31,8% 1.593 -11,9%
Total 6.626 7.283 -9% 5.090 30,2%

La baisse du trafic de transit s’explique en partie par la longue période de basses eaux des voies navigables en Europe qui a commencé au deuxième semestre 2018 pour perdurer jusqu’à l’automne 2019 (il est à noter que le port de Bruxelles n’a pas été touché par cette baisse de niveau d’eau). Il faut noter également que des travaux d’infrastructures importants ont eu lieu en 2019 au sud de Bruxelles, ce qui a pu réduire l’accessibilité de la voie d’eau.

Trafics portuaire bruxellois
2019 2018 Δ19-18
Matériaux de construction 3.251 3.201 +2%
Produits pétroliers 1.123 1.212 -7%
Divers (conteneurs) 472 379 +25%
Produits agricoles 189 191 -1%
Minerais et ferrailles 85 117 -27%
Denrées alimentaires 62 64 -3,1%
Produits métallurgiques 28 25 +12%
Produits chimiques 28 25 +12%
Total trafic propre 5.222 5.223 0

Pas de changement dans le podium des types de marchandises échangées à Bruxelles. Les matériaux de construction maintiennent leur position hégémonique avec une augmentation de 2% et représentent à eux seuls plus de 60% des trafics portuaires par la voie d’eau à Bruxelles.

Les produits pétroliers accusent un léger recul, qui peut être expliqué par les conditions climatiques clémentes de l’année 2019, ainsi que par des mutations plus profondes dans les habitudes de déplacement des Bruxellois.

Les conteneurs confirment leur troisième place avec un nouveau record absolu pour ce type de transport à Bruxelles (+20%) avec près de 45 000 EVP (équivalent vingt pieds). Un record qui justifie pleinement les projets d’extension du terminal à conteneurs du port de Bruxelles, actuellement à l’étude. A noter également que le transport de palettes par la voie d’eau connaît lui aussi une hausse significative (+17%). Le transport de conteneurs et de palettes concernant des marchandises à haute valeur ajoutée, il s’agit là d’une excellente nouvelle pour l’économie bruxelloise.


Trafic conteneurisé
2019 2018 Δ19-18
EVP (équivalent vingt pieds) 44.519 36.968 +20%
UTI (unité de transport intermodal) 30.897 26.547 +17%

Sans surprise, les Pays Bas restent de loin le premier partenaire commercial du port de Bruxelles avec plus de 60% des trafics.

Echanges commerciaux 2018

Enfin, le trafic de passagers a également connu une belle progression avec plus de 60 000 personnes qui ont voyagé sur la voie d’eau bruxelloise en 2019.

Des trafics par la voie d’eau qui contribuent de manière décisive aux actions de la région de Bruxelles-Capitale en faveur de l’environnement puisqu’ils représentent une économie de quelques 618 000 camions, 96 000 tonnes de CO2 et 24 millions d’euros en coûts externes. Ces impacts mobilité et environnement s’inscrivent dans le cadre du Mémorandum du Port ayant pour objectif la lutte contre le dérèglement climatique à tous niveaux.

Trafic global :

6.6 millions de tonnes

(-9%)

Trafic propre :

5.2 millions de tonnes

(idem 2018)